Autour de la collection

  • Agenda
    • Très bel entretien au sujet de la place des femmes dans leur chez-soi. Intimité et politique.

      Le 01 juillet 2016

      Axelle

      Médias Plus d'infos
    Dans les médias

    Le texte d'Alberto Moravia est une plongée saisissante et cruelle dans les tourments de l'âme adolescente. Et l'histoire d'une renaissance.

    LE MONDE DES LIVRES - 08/05/15 - Avril Ventura

    Sentiments et vanités, conventions et rêves de liberté... le pénétrant James dissèque le milieu aristocratique et fait montre de sympathie à l'égard des personnages discrets qui agissent dans l'ombre pour le bien de cet "âge difficile", qui peut-être se métamorphosera en avenir prometteur.

    TÉLÉRAMA - 07/03/15 - Christine Ferniot

    Jour de feu est un roman méconnu de René Barjavel qui raconte avec une folle liberté le jeudi et vendredi de la Passion, nous éblouit. Il y a des séquences dignes d'un film d'action, façon Pulp Fiction : imaginez Silvester Stallone dans le rôle de Barrabas et Louis de Funès à la tête des gendarmes qui s'en vont débusquer le gangster dans la montagne.

    LE FIGARO LITTÉRAIRE - 28/05/15 - Astrid de Larminat

    Natalia Ginzburg recrée un petit monde dans lequel le lecteur se glisse avec l'envie d'intervenir, secouant l'une ou consolant l'autre.

    ACTUALITÉ JUIVE - 24/12/14 - Carol Binder

    La spéculation galante chez James est jonchée de lâchetés et de pièges : celles d'une microsociété sans cesse rachetée par sa mise à distance mélancolique et sa diabolique intelligence.

    LES INROCKUPTIBLES - 18/03/15 - Emily Barnett

    Son alter ego, jeune femme brillante, inquiète et avide de légèreté, nous dépeint une société glamour mais sclérosée, proprette et sexiste, où s'entrevoit déjà l'annonce de son destin tragique.

    GRAZIA - 25/07/14

    Un cortège étrange de femmes, beau et multiple, spectral et sulfureux, et un monologue terriblement magnétique scellant l'une des plus belles alliances entre enfance, érotisme et mort.

    LES INROCKUPTIBLES - 23/07/14 - Emily Barnett

    Les éditions Denoël, dont le fonds littéraire est une caverne d'Ali Baba, ont décidé de prolonger nos étrennes en créant une nouvelle collection, Empreintes, destinée à faire revivre des incontournables.

    ELLE - 10/01/2014 - Sandrine Mariette

    Publié en 1966 ce petit récit (par la taille), qui fleure bon Reymond Queneau ou Boby Lapointe, narre les aventures d'une poignée d'artistes bohèmes de Montparnasse.

    LE FIGARO LITTÉRAIRE - 09/01/2014 - Clermont Thierry

    Chez Calaferte, le sexe est : cruauté, souillure, étrangeté (...) La multitude des étreintes et des corps approchés dessine paradoxalement une expérience unique, dans sa fragmentation même : simplement nommées par leurs initiales, toutes ces femmes n'en forment qu'une - alphabet mystérieux, cruel. Inassouvi.

    LE MATRICULE DES ANGES - 06/2014 - Valérie Nigdélian-Fabre